Vous êtes ici : Accueil / Equipes et axes de recherche / Equipe 2

Infos pratiques

Organigramme

Contacts
  • Directeur :

         Pr Eric DELAPORTE

  • Directrice Adjointe :

         Maryline BONNET

Accès à la Délégation Régionale IRD-Occitanie (Montpellier)

Prévention et prise en charge des maladies infectieuses

Historique

L’équipe « Recherche Opérationnelle » est une entité « historique » de l’unité depuis l’UR 36 de l’IRD dont elle est issue. Cette équipe est à l’interface des deux autres équipes constitutives : l’équipe de virologie et l’équipe de sciences sociales. Si au début, le thème en était strictement le VIH en Afrique, celui-ci s’est élargi aux Maladies associées au VIH.

L’épidémie récente a conduit l’équipe à s’investir, compte tenu de son savoir-faire, dans la recherche sur le virus Ebola. En particulier avec le soutien de l’INSERM une cohorte de patients déclarés guéris après une infection par le virus Ebola a été initiée. Les objectifs sont d’étudier le devenir clinique, immuno virologique et psychosociales de ces patients.

La thématique des « Maladies Tropicales Négligées » (MTN) a été intégrée au sein de l'UMR 145 en janvier 2009, suite à l'arrivée de chercheurs issus de l'UR 024 EPIPREV (dissoute fin 2008). Les recherches de l'équipe portent sur des stratégies de traitement alternatives, le poids des filarioses en termes de morbidité et de mortalité et sur l'épidémiologie des filarioses.

Faits marquants

  • VIH

Stratégies thérapeutiques innovantes : Une question concernait la possibilité de proposer des traitements allégés en bithérapie limitant par là-même les effets secondaires, facteur d’inobservance et donc de résistance, et diminuant le coût, éléments déterminants dans les pays du Sud. L’étude MOBIDIP ANRS qui s’est déroulée au Sénégal, au Burkina Faso et au Cameroun a montré la supériorité et l’efficacité d’un traitement de maintenance de 2° ligne en bithérapie (Lancet HIV 2017). Une autre question concernait le choix d’une 1° ligne de traitement dans les pays du Sud plus « robuste » et mieux tolérée. L’étude NAMSAL a précisé la place du dolutégravir et de l’efavirenz 400. Les résultats de cette étude ont servi de référence pour modifier les recommandations de l’OMS (N Engl J Med en révision).
Populations vulnérables : Chez les adolescents, la persistance de la malnutrition sous traitement antirétroviral a été mise en évidence (Pediatr Infect Dis J 2017). La thérapie nutritionnelle des adolescents infectés par le VIH, recommandée par l’OMS mais faiblement opérationnalisée, a été évaluée au Sénégal avec succès (Etude SNACS ; BMC Public Health soumis). Les résultats de cette recherche interventionnelle ont été intégrés dans le programme national de lutte contre le VIH. Concernant les HSH, un vaste programme sur la prévention et la prise en charge du VIH/sida a été développé. Quatre études multicentriques ont été mises en oeuvre au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Togo : CohMSM (1,8 million d’euros, 2015-2020), CohMSM-PrEP (1,9 million d’euros, 2017-2021), CohMSM-PrEP Quali (142 000 euros, 2019-2021) et CohMSM-HPV (97 000 euros, 2017- 2019). Les résultats préliminaires de CohMSM qui évaluent la faisabilité d’une prise en charge globale trimestrielle
(sans PrEP) ont montré la nécessité d’ajouter la PrEP dans une offre de prévention diversifiée (JAIDS 2017). Le projet pilote CohMSM-PrEP et son volet qualitatif CohMSM-PrEP Quali évaluent ainsi la faisabilité et l’acceptabilité de la PrEP. L’expérience acquise à cette occasion permet d’ores et déjà d’appuyer les programmes nationaux de lutte contre le sida pour l’élaboration de leurs recommandations sur la PrEP (Côte d’Ivoire et Mali).

Dans les résultats aboutis des travaux conduits en fonction de l’orientation et de l’expertise des différents membres de l’équipe, on soulignera dans leur originalité et utilité :

- la contribution à la connaissance sur l’efficacité de certaines bithérapies antirétrovirales de maintenance (essai MOBIDIP, étude DOLULAM)
- les apports de la tomodensitométrie thoracique chez les PVVIH à haut risque (étude HIV CHEST)
- la démonstration, avec une cohorte contrôle, du sur-risque de troubles neurocognitifs chez les PVVIH vieillissantes (étude HAND 55-70)
- l’existence de plusieurs profils d’activation immunitaire associés à différentes comorbidités (étude ACTIVIH)
- une meilleure connaissance des bactériémies et endocardites à S. aureus (étude VIRSTA)
- l’usage des outils des systèmes d’information en recherche et pratique infectiologique

  • Tuberculose

L’étude RIFAVIRENZ ANRS n’a pas montré qu’une double dose de rifampicine avait un impact sur le métabolisme de l’éfavirenz et l’essai STATIS ANRS n’a pas montré de bénéfice du traitement systématique de la tuberculose par rapport à son dépistage chez les patients VIH+ très immunodéprimés. Le groupe tuberculose a en outre concrétisé son activité de recherche sur la tuberculose de l’enfant avec la co-coordination, avec l’Université de Bordeaux et l’Université de Makerere, d’un ambitieux projet pédiatrique (UNITAID et Expertise France) depuis 2017. Ce projet comprend plusieurs études dans sept pays évaluant différents aspects du diagnostic et différents modèles de soins. De plus, le groupe a coordonné avec l’OMS, la parution d’une série spéciale de PLoS Medicine sur les nouvelles avancées méthodologiques pour la réalisation d’essais cliniques sur le traitement de la tuberculose (https://collections.plos.org/novel-tb-treatments). Enfin, le groupe a publié dans Nature Communication un article portant sur l’importance de considérer les problèmes d’hétérogénéité des populations dans la modélisation de l’impact d’interventions pour le contrôle de la tuberculose (https://www.nature.com/articles/s41467-019-10447-y).

  • Maladies émergentes

La réponse à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014 est une illustration de la mise en pratique des principes fondamentaux de l’unité décrits dans le bilan de l’unité. A l’acmé de l’épidémie, nous avons mis en place un suivi de cohorte pluridisciplinaire permettant à la fois la prise en charge médicale et sociale des survivants et l’évaluation des conséquences de l’infection (Projet PostEbogui). Le suivi de 800 survivants (sur 1172 en Guinée) a apporté des informations nouvelles sur les séquelles cliniques (Lancet Infect Dis 2018) et psychologiques (BMC Psychiatry 2017). L’étude des fluides a montré la présence d’ARN d’EBOV plus de 540 jours après la phase aigüe (JID 2016 et CID 2017). A partir de l’étude des contacts de survivants, l’équipe 2 a précisé le spectre clinique de l’infection en décrivant des formes asymptomatiques et pauci-symptomatiques d’infection à EBOV dans cette population (Lancet Infect Dis 2019). Dans le domaine du renforcement des compétences, Abdoulaye Touré et Saliou Sow ont été reçus au CAMES (agrégation) respectivement en Santé Publique et en Infectiologie (le 1° de Guinée !). Enfin, le CERFIG (annexe 3) illustre notre action sur le long terme pour le renforcement et l’autonomisation des structures nationales.

  • Maladies tropicales négligées

Les recherches sur la filariose ont apporté des résultats majeurs avec en particulier la première démonstration que la filariose lymphatique (FL) peut être éliminée par des traitements de masse semestriels par albendazole seul. Cette stratégie est maintenant recommandée par l’OMS dans les zones où la FL est coendémique avec la loase et où l’association classique ivermectine+albendazole ne peut être utilisée du fait du risque d’encéphalopathie post-ivermectine (projet DOLF, 2014-2019 ; Lancet Infect Dis 2017). De plus, le groupe a démontré, pour la première fois, l’efficacité et l’applicabilité d’un outil de quantification rapide de la microfilarémie à Loa Loa  (le LoaScope) permettant d’identifier les sujets à risque de développer une encéphalopathie post-ivermectine (N Engl J Med 2017). Pour la première fois également, le groupe a démontré qu’une surmortalité était associée à une forte microfilarémie à Loa Loa  (Lancet Infect Dis 2017). Enfin, toujours pour la première fois, il a été démontré qu’une forte densité microfilarienne à Onchocerca volvulus pendant l’enfance est associée au risque de développer une épilepsie (Lancet Infect Dis 2018).

Localisation

L'implantation principale de l'équipe 2 est le centre IRD de Montpellier. Sa spécificité internationale l’a conduite à avoir des implantations secondaires en fonction de ses partenariats et des lieux d’expatriations ou de missions de longue durée des personnes qui la constituent.

Les localisations sont principalement celles des sites ANRS du Cameroun et du Sénégal (le CRCF), coordonnés au Nord par l’unité, du CERFIG en Guinée à Conakry (LMI RESPIRE) et de l’Université de Mbarara en Ouganda.

Le groupe MTN intervient quant à lui principalement au Cameroun, en République du Congo et en République Démocratique du Congo.

Enfin, certains membres de l'unité travaillent au sein du Service de Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) du CHU de Montpellier.

Axes de recherche

Les grands thèmes de recherches de l’équipe 2 sont les suivants :

  • VIH :

- 2 grandes thématiques liées à l’infection VIH dans les pays du Nord :
nouvelles stratégies antirétrovirales
comorbidités
- Infections bactériennes graves et/ou complexes
- Stratégies thérapeutiques de 1ère et 2ème lignes chez l’adulte
- Vieillissement et comorbidités
- Prévention et prise en charge des populations vulnérables :
Les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH)
Les adolescents et jeunes adultes infectés par le VIH

- Stratégies thérapeutiques chez l’adulte
- Dépistage et diagnostic de la tuberculose chez l’enfant

- L'onchocercose,
- Les filarioses lymphatiques,
- La loase (filariose à Loa Loa ).

Ces thèmes sont développés selon une approche multidisciplinaire avec les autres équipes de l’unité.

Structuration

L’équipe 2 est coordonnée par Christian Laurent.

Elle est structurée en 3 groupes thématiques (qui travaillent en interaction) :

  • VIH et autres infections virales (Alain Makinson)
  • Tuberculose et autres infections bactériennes (Maryline Bonnet et Vincent Le Moing)
  • Maladies Tropicales Négligées (Michel Boussinesq)

Ces groupes sont appuyés dans leurs travaux par une plateforme : méthodologie, biostatistiques, gestion de données.