Vous êtes ici : Accueil / Equipes et axes de recherche / Equipe 3 / Axes de recherche

Axes de recherche

Sommaire

Orientation scientifique

L’orientation disciplinaire générale de l’équipe reste l’anthropologie de la santé, dans une double perspective théorique (anthropologie générale et médicale) et appliquée (amélioration des dispositifs sanitaires), une double posture (anthropologie de et dans la santé publique), et des approches mono ou multi-disciplinaires (menées avec les autres équipes de l’UMI). Trois sous-thèmes seront développés :

  • Vulnérabilités, VIH et systèmes de soins (VULNERABILITES VIH) : alors que le précédent contrat mettait au jour des formes sociales de vulnérabilités liées à des catégories ou des situations, cet axe thématique s’intéresse aux rapports entre vulnérabilités sociales et système de soin. L’objectif commun est de répondre à la question : les interventions sanitaires réduisent-elles ou accroissent-elles les vulnérabilités ? Cet axe thématique porte sur l’analyse des effets des dispositions spécifiques mises en place pour prévenir ou gérer la prise en charge de personnes en situation de vulnérabilité sociale. De plus, on utilisera une approche intersectionnelle concernant les catégories sociales (croisant par exemple âge et genre), ainsi que les effets de la coexistence et l’interaction des interventions sanitaires (spécifiques au VIH, adaptés à des catégories de populations vulnérables, ou non spécifiques à des pathologies et des populations) dans un contexte de “banalisation du sida”. Cinq projets (dont quatre financés) sont déjà en cours sur cet axe.
  • L’accès et la qualité des traitements (EQUITE TRAITEMENTS) : l’extension des dispositifs de protection sociale et notamment de CMU pour les pays à faible revenu fut un objet d’étude au cours du contrat précédent, avec l’analyse de l’équité dans l’accès aux soins (en cours jusqu’en 2020). Ces dispositifs d’accès aux soins formels (dans des services de santé le plus souvent publics) doivent être analysés dans une approche plus large de l’offre de soins, qui s’intéresse également à d’autres fournisseurs (secteurs privé et informel) et à d’autres aspects des soins et traitements, tels que leur qualité et leurs effets secondaires. De plus, nos études commencées en 2018 auprès des consommateurs de drogues injectables au Sénégal ont montré la circulation des médicaments psychodysleptiques entre le système de soin et les circuits informels, qui concerne également des dérivés des opiacés tels que des antalgiques responsables d’épidémies gravissimes au Nord (ex. Tramadol). Enfin, la sur- ou mal-consommation et prescription de médicaments génère des résistances aux anti-microbiens à propos desquels l’équipe est sollicitée. Ceci impose d’explorer l’accès aux médicaments dans leur système économique formel et informel, en parallèle à l’accès aux traitements des addictions et en complémentarité à l’analyse des usages et statuts multiples des médicaments, pour éclairer plus largement l’économie des traitements au Sud (accès, qualité, effets indésirables, addictions, circulations médicaments/drogues, entre secteurs formel/informels, et “systèmes du médicament”).
  • Emergences, temporalités et crises épidémiques (EPIDEMIES EMERGENTES) : la mobilisation de trois chercheurs de l’équipe sur l’épidémie ouest-africaine s’est d’abord concentrée sur la gestion de la crise sanitaire en 2014-2016, puis sur les effets à long terme pour les survivants, puis sur les mesures de riposte (essais vaccinaux, mesures de santé publique, dispositifs de prévention). Dans le nouveau contrat, les recherches s’inscrivent dans un cadre temporel plus large, abordant les conditions sociales et la mémoire d’épidémies d’Ebola antérieures sérologiquement attestées en Guinée, ainsi que le risque d’émergence, les séquelles post-épidémiques, la conceptualisation et les pratiques concernant la “préparation” à de nouvelles épidémies d’Ebola (ou d’autres maladies émergentes à risque de pandémie mondiale). De plus, on s’intéressera au rapport entre intervention sanitaire et temporalités, au travers des interprétations des épidémies antérieures et de l’anticipation de futures émergences, pour examiner les tensions entre approches temporelles des épidémies dans les institutions et les populations. Quatre projets sont déjà financés sur cet axe.